Afficher tous nos articles

Porc - Conseil technique

Normes 2018: une chance pour les professionnels

Le délai pour passer aux nouvelles normes de détention de porcs à l’engrais est fixé au 31 août 2018 (voir l’encadré ci-dessous). Quelles seront les conséquences pour les producteurs de viande de porc?
Christoph Blaser*: En devant consacrer plus d’espace à chaque animal, les agriculteurs pourront, sur leur place actuelle, accueillir plus d’un quart de leurs animaux en moins. Pour répondre aux nouvelles exigences du nombre de perforations par enclos, beaucoup procèdent à des réaménagements, ce qui signifie donc aussi que des investissements sont nécessaires. Et les coûts augmentent pour maintenir les enclos et les animaux propres puisque le fumier s’évacue moins facilement par les perforations du sol exigées moins nombreuses.

Qu’est-ce que cela signifie pour les coûts de production ou les frais concernant le bâtiment ?
Ils augmenteront. Mais à quel point? Cela dépendra aussi de la façon de réagir des producteurs face aux changements.

Que faut-il faire?
Pour celui qui n’a pas encore entrepris de mesures, il devrait d’abord se poser la question si poursuivre dans la production de viande de porc est judicieux. S‘il estime que oui, il est crucial de choisir un bon concept technique, que ce soit pour le réaménagement ou la nouvelle porcherie, répondant, entre autres, aux questions suivantes: Où puis-je économiser de la place ? Où le fumier sera-t-il évacué? Comment puis-je tenir mes animaux le plus propre possible sans coût supplémentaire? Les réaménagements, tout particulièrement, sont un défi. La réflexion doit se faire pour savoir comment adapter la structure d’une manière optimale en minimisant le plus possible les coûts. La bonne nouvelle c’est qu’il existe déjà, dans la pratique, des approches qui peuvent être appliquées et adaptées à chaque exploitation.

Pouvez-vous citer des exemples?
Une variante appropriée pour un réaménagement de la porcherie est de prévoir une surface de couchage complètement dépourvue de perforations combinée avec une pente de deux à trois pourcent munie d’une grille aux barreaux triangulaires en acier (voir l’image ci-dessus) pour l’évacuation du fumier. Selon les exploitations, une plus grande partie des installations déjà existantes peuvent ainsi être adaptées et à nouveau utilisées.

Quels effets positifs aura la nouvelle règlementation?
Elle amènera aux animaux un confort de vie encore plus élevé, ce qui sera bien accueilli par les consommateurs et le secteur en profitera. Il devrait y avoir un réaménagement du marché puisqu’une partie des exploitations ne souhaiteront ou ne pourront pas effectuer les investissements nécessaires. La situation sur le marché devrait donc se stabiliser et mener à un prix de la viande de porc plus profitable pour les éleveurs. En règle générale, ceux qui devraient pouvoir tirer avantage de cette situation sont tous les agriculteurs qui travaillent de manière professionnelle, c’est-à-dire au moyen d’infrastructures efficaces. Pour eux, ce changement est aussi une opportunité.
 
* Christoph Blaser, Chef de vente pour le secteur porc chez Provimi Kliba
 
Nos spécialistes vous conseillent volontiers pour vos projets de réaménagement ou de nouvelles infrastructures. Prenez contact avec nous, sans engagement.
 

 
La nouvelle ordonnance en bref
La nouvelle règlementation de la confédération exige que les éleveurs de porcs prévoient pour chaque animal un plus grand espace, qui varie selon leur poids. Par exemple, pour un porc d’engraissement de 110 kg, la surface atteint 0.9m2 contre 0.65m2 auparavant et la zone de couchage doit comporter une surface continue d’au moins 0.6m2.  Pour toutes les classes d’animaux, le degré de perforation du sol de l’aire de repos, donc la proportion de trous, s’élève désormais à 5% pour les porcheries déjà construites le premier septembre 2008. Pour celles terminées d’être construites après cette date, l’exigence est de 2%. En comparaison, il était jusqu’en 2008 fréquent de trouver en Suisse des grilles en béton en guise de caillebotis dont la surface perforée s’élevait entre 13 et 15%. Au moment où ces mesures ont été adoptées en 2008, une phase de transition courant jusqu’au 31 août 2018 a été prévue. Le premier septembre 2018, toutes les porcheries doivent remplir les nouvelles exigences.


Mots-clefs: Conseil technique, Porc, Production, Provimi Kliba, Service, Truie

Afficher tous nos articles

Ajouter un commentaire

CAPTCHA Image Reload Image

Rechercher
Articles les plus lus
Catégories
Tags