Afficher tous nos articles

Provimi Kliba - Service

Réseaux sociaux et agriculture? Bien plus qu’une tendance!

Rebutante au premier abord, l’interface d’un réseau social prend un certain temps à se faire apprivoiser. Il faut bien en comprendre les intérêts et savoir éviter certains pièges. Mais une fois bien maîtrisée, elle se révèle un outil redoutablement rapide et efficace qui ne présente que des avantages aux agriculteurs.

Tout d’abord, un réseau social, c’est quoi exactement ? C’est une plateforme sur Internet qui permet aux gens d’interagir les uns avec les autres par ordinateur interposé, entre amis ou professionnels. Les plus connus de ces réseaux sociaux sont Facebook, Twitter et LinkedIn. En s’inscrivant sur ces plateformes, l’utilisateur publie du contenu sur lui-même, sur ce qu’il aime/déteste ou sur ce qu’il pense/fait sous forme de texte, de lien, d’image ou de vidéo. Ces publications sont lues en temps réel par ses «amis» ou «suiveurs  qui tous peuvent réagir en inscrivant des commentaires ou en cliquant sur «like» (aimer) ou «share» (partager) pour faire connaître plus loin à leurs connaissances les contributions qui suscitent leur intérêt, les émeuvent, les font rire ou encore les révoltent. Grâce à ce moyen de communication, certaines images ont provoqué des réactions en chaîne et fait plusieurs fois le tour du monde à une allure vertigineuse. C’est ce qu’on appelle le «buzz». Rien d’étonnant au fait que les réseaux sociaux soient devenus des supports marketing et publicitaires incontournables de ce début de siècle.

Réseauter: bon pour rester à la page
En raison de la pression économique toujours plus forte, les agriculteurs sont de plus en plus isolés sur leurs exploitations et les possibilités d’échanger entre collègues se font plus rares. Les réseaux sociaux leur donnent l’opportunité de discuter et de rencontrer d’autres agriculteurs d’horizons totalement différents. Ils leur permettent de s’informer et d’échanger sur les pratiques agricoles, les nouvelles technologies, les produits d’avenir et les diverses lois et règlementations. Avec ce contact vers l’extérieur par écran interposé, les agriculteurs ont la possibilité de rester sur la vague et de ne pas sentir dépassés par tous les changements qui affectent leur manière de travailler.

Réseauter: bon pour l’image
Mais bien plus que de leur permettre de suivre et de partager l’actualité agricole entre pairs, les réseaux sociaux ont la grande qualité de rapprocher les agriculteurs des consommateurs par un habile travail de sensibilisation. De nombreux agriculteurs racontent la vie de leur exploitation au quotidien sur les réseaux sociaux en montrant les dessous du métier jusqu’à  la moindre de ses contraintes. Ils offrent ainsi une véritable plongée dans leur monde considéré comme si éloigné des sphères citadines, à laquelle appartiennent la grande majorité des lecteurs. Cette initiative répond à une certaine demande existante de la part des gens qui se posent de nombreuses questions sur le métier. Cela a l’avantage de souvent briser les clichés qui ont la dent dure au sujet de la vie paysanne.

L’Union Suisse des paysans surfe par ailleurs sur cette tendance en développant le site monpaysan.ch où une trentaine de familles d’agriculteurs suisses décrivent leur quotidien au grand public via une page Facebook.

En dehors de l’aspect pédagogique, les réseaux sociaux fonctionnent également comme une manière simple et rapide pour les agriculteurs d’éveiller les gens à leur cause, de développer leurs convictions et d’obtenir le soutien du plus grand nombre, ceci afin d’influencer la presse et attirer l’attention des politiques.

Réseauter: bon pour le business
Un autre avantage  des réseaux sociaux– et non des moindres – concerne les affaires. A l’image de la vie concrète, un bon réseautage est synonyme de bon business. Plus les gens vous connaissent, plus vous vendrez vos produits, plus vous aurez d’opportunités de trouver l’ouvrier ou le fournisseur qui vous manque cruellement et plus vous assurerez la pérennité de votre entreprise. Un réseau social fonctionne comme un bouche à oreille, et sur le web il y a beaucoup de monde.

Dans un contexte où les consommateurs s’intéressent de plus en plus à la traçabilité et la provenance des produits, le besoin de connaître et d’échanger avec les producteurs devient de plus en plus fort. Avec une page Facebook par exemple, l’agriculteur peut proposer une vitrine de son exploitation, montrer combien il s’investit dans son métier et le soin qu’il porte à sa production. Cela donne un air immédiatement sympathique et accessible qui influence le comportement d’achat du consommateur qui se sent rassuré et confiant. Un vrai comportement marketing à adopter.


Autres articles:

> Le Smartphone: outil indispensable de l'agriculteur moderne

> Porcs en plein air: une production proche de la nature

> Le rumen, clé d’une meilleure production laitière

> Un Lacto-Plus de dernière technologie 

> VivOméga expliqué en cartoon

> Confection de soin pour nos paloxes

> Devenir aviculteur? C'est le moment de se lancer!




Mots-clefs: Provimi Kliba, Service

Afficher tous nos articles

Ajouter un commentaire

CAPTCHA Image Reload Image

Rechercher
Articles les plus lus
Catégories
Tags